Pour consulter les photos des différentes expositions, aller dans le menu : Galerie Zemma => Expositions Galerie

Actuellement : 

Vendredi 13 mai, à 18h30 : Conférence d’Alexandra Deslys, chargée de la collection et des expositions à l'EAC, « L’espace de l’Art Concret, Vera Molnar, Marie-Thérèse Vacossin : le mouvement continu. »

19. Deux complices de l’art construit. Estampes. Reliefs, Sculptures, une exposition de Vera Molnar et de Marie-Thérèse Vacossin en collaboration avec les éditions Fanal (Bâle, Suisse).

© Aude Ragouilliaux, 2022

Les œuvres de Vera Molnar et Marie-Thérèse Vacossin, deux amies, deux artistes majeures de *l’art construit*, sont réunies en une présentation d’estampes et de sculptures. Des estampes toutes issues de l’atelier Fanal (Bâle; Suisse) co-fondé par Marie-Thérèse Vacossin, qui réunit autour d’elle, outre Vera Molnar, nombre d'artistes prestigieux de ce mouvement (Morellet, Nemours, Cruz Diez…). L'œuvre de Vera Molnar, qualifiée  de “minimalisme à la française” par Serge Lemoine, s'inscrit dès les années 1950 dans la pratique de l’art construit, Marie-Thérèse Vacossin plus tardivement. De ce langage universel, par sa simplicité et sa rigueur, des lignes, des formes et de l’emploi de la couleur, Vera Molnar suivra le jeu d’une recherche du *moindre désordre*, Marie-Thérèse Vacossin, celui de *l’émotion et du sens*. Reconnues internationalement, leurs œuvres sont régulièrement présentées notamment à Art Paris, Bâle,  et acquises par de nombreuses collections publiques et privées.

 

Exposition du 31 mars au 21 mai 2022

La galerie est ouverte jusqu'au 21 mai les vendredis et samedis de 15 heures à 19 heures et sur rendez vous : 06 74 89 02 54

Pour consulter les photos de l'exposition, cliquer ici

Prochainement :

Absence sonore. Compositions et performances  de Bernard Pourrière et de ses invité.es

Vernissage le 26 mai à partir de 18 heures

Performances 29 mai, 3, 9, 10, 17 et 18 juin à 18 heures 

Exposition du 26 mai au 25 juin

 

                         

Dans les partitions de Bernard Pourrière, le son est organique, corps sonore, figures spatiales et couleurs. Ses partitions s’orchestrent  comme mouvements en tensions entre domination de l'incertitude et tentative d'une réalisation inattendue. Deux partitions seront interprétées par les artistes invité.es par Bernard Pourrière. Rouge vif, le 29 mai avec Bernard Pourrière lui-même, Colette Colomb et Jean Yves Bosseur. Puis, Multipartition 6 avec successivement cinq artistes interprètes. Le 3 juin par Pierre Oliviero, musicien, le 9 juin par Dan Roth, musicien et plasticien. Puis le lendemain, le 10 juinLiam Witter également musicien-plasticien, investira l’espace de la partition. Le 17 juin Fabrice Metais, plasticien et Eric Houser écrivain et poète le 18 juin clôtureront le cycle d’interprétations de cette partition. Chacune des  performances aura lieu à 18 heures. Bernard Pourrière exposera simultanément à la galerie, une sélection d'une vingtaine de partitions graphiques de ses compositions, disponibles à la vente.  Enfin, un CD reprenant l'ensemble des enregistrements des performances réalisées sur les deux partitions de Bernard Pourrière sera édité à l'issue de l'exposition.


Expositions passées : 

18. Sidération. L’acier, le faire et le reste, une exposition de Claude Cieutat, photographe

© Aude Ragouilliaux, 2022

Pour l’Olympe, Héphaïstos patron de l’acier (sideros en grec) est surnommé le fils de lui même à l’image d’un feu continu, alimenté à la combustion sans fin de son environnement. Claude Cieutat, photographe reconnu du monde industriel, s’est plongé dans l’univers de l’aciérie et ses immenses complexes à travers l’Europe. Il nous livre à des structures aussi déterminantes qu’invisibles du commun des mortels. Claude Cieutat traite d’une sorte de transcendance de la forge. En véritable architecte de l’image, le photographe emprunte les traces du réel fantastique, en des lieux où la puissance et l’échelle abolissent le temps, beauté fatale de la tragédie. Mais son œuvre est tout autant sur la trace de la présence humaine, sur ce qui irradie du travail vivant dans l’immersion de la nécessité industrielle. Un regard unique sur ce monde inconnu qui gouverne l’actualité de notre devenir. Sans fatalisme.

Pour télécharger le carton d'invitation cliquer ici ; Photos de l'exposition

17. Après moi le déluge. Estampes, monotypes, installation, une exposition d'Annabel Schenck, artiste plasticienne et graveuse, du 10 décembre 2021 au 30 janvier 2022

Pour visualiser le reportage réalisé le 13 janvier par Camille Bosshardt, journaliste pour France 3 PACA, cliquer ici

Le 13 janvier 2022 à 18h30, atelier d'écriture animé par Pauline Olphe-Galliard, sur réservation par mail : galeriezemma@gmail.com, annulé
Le 30 janvier 2022 à 16 heures, restitution en public des contributions sur le thème “Plier, déplier”. 

Cette restitution a été suivie d'une performance de Pamela Küche à 18 heures.

Plier la Terre à notre bon vouloir,
Après moi le déluge...  (Hannah Arendt, La condition de l’homme moderne, 1958)
Ces emblèmes du repli-sur-soi et de privatisation du monde travaillent l’œuvre de gravure d'Annabel Schenck, souvent proposée en forme d'interpellation dans l’espace public. 

Comme une volonté de correspondance entre son œuvre et le public, Annabel Schenck et la galerie Zemma nous invitent à déployer nos liens à un espace-monde. Un appel à contribution d’ici le 30 janvier prochain, où chacun.e peut s'employer tant par : simple association d’idées,  photo, vidéo, peinture, texte, citation, musique, message enregistré, sons… et en tout domaine : scientifique, social, littéraire, poétique… ! pour faire entendre ce qui résiste à l’hubris, à la toute puissance de l'individu, à … l’aliénation du monde moderne fuyant la Terre pour l’univers et le monde pour le Moi *.   

Exposition du 11 décembre au 30 janvier 2022 à la galerie Zemma et Installation in-situ de l’œuvre "La porte des Docks" à l'angle du boulevard des Dames et de la rue de la République.



© Annabel Schenck, 2021

Annabel Schenck plasticienne et graveuse, développe cet art classique de l’estampe dans une démarche de recherche contemporaine sur l’œuvre gravée.  

L’artiste recourt dans ses travaux à des techniques mixtes, comme par exemple la photographie associée à la gravure dans la production de monotypes. Elle développe son art à la fois en aplats, en volume et à des échelles très inhabituelles pour l’œuvre gravée, avec la volonté de confrontations en milieux extérieurs et insolites. 
Ses thèmes de travail portent sur la durabilité des modes de vie actuels confrontés aux enjeux sociaux et environnementaux.  
L’œuvre intitulée "La porte des Docks” réalisée à l’invitation de la galerie Zemma (réseau PAC, Marseille)*,  a été apposée de manière éphémère sur une façade murée et occultée de la rue de la République, lieu de fort passage d'une population attirée par les hauts lieux de la consommation du quartier de la Joliette. 
Originalement conçue pour une des voûtes extérieures du centre commercial des Docks, elle a été déplacée à l'angle de la rue de la République et du boulevard des Dames, face au rejet du projet par l’administration des Docks. 
L’œuvre d’Annabel Schenck ainsi rejetée devient à la fois, la « porte interdite » du centre commercial, en lisière de la voie publique et l’ouverture potentielle à une dimension poétique et politique en une figure inédite de création et déconstruction de l'hyperconsommation.
Parallèlement, un second tirage de la gravure "La porte des Docks" est présenté à la galerie Zemma ainsi qu’un ensemble d’œuvres qui abordent la question de l’anthropocène. Ce second tirage de "La porte des Docks" exposé à la galerie Zemma, devient ainsi l’oeuvre-témoin de cette installation in-situ qui disparaitra au cours de l’hiver 2021 à la Joliette. 
Pour consulter des photos de l'exposition, cliquer ici

16. L’usage de Mons - essai de perspective, installation éphémère de Marc Ragouilliaux pour la maison de verre d’Henri Gueydan, architecte, à  Mons (Var) du 11 au 19 septembre 2021
pour télécharger le carton d'invitation, cliquer ici
pour consulter les photos de l'installation cliquer ici

15. Projeter, retenir. Essai de perspective, peinture, écrit, installation de Marc Ragouilliaux du 13 mai au 12 novembre 2021
pour consulter les photos de l'exposition cliquer ici
Cette exposition s’inscrit dans la 13ème édition du Printemps de l’Art Contemporain


© Marc Ragouilliaux, 2021
Pour télécharger les cartons d'invitation, cliquer ici

14.  Nulla Velata", une exposition de Daniel Roth, Peinture, sculpture. Exposition du 15 octobre au 15 janvier 2021
"Au lieu de saturer le visible, Daniel Roth l’évide, le dépouille, le simplifie, donnant une qualité picturale au « je ne sais quoi et au presque rien ». Paradoxalement, l’on pourrait dire que c’est par son absence et son retrait que l’artiste est présent dans son oeuvre. Mais, ce presque rien "Nulla Velata" est pourtant comme le vide quantique, béant, vibrant et plein d’énergie." François Warin, juillet 2020.
Les photos de l'exposition
Pour télécharger le carton de l'exposition, cliquer ici  
Pour lire le texte sur le travail de Daniel Roth par Emmanuel Loi, écrivain et critique d'art, cliquer ici


© Daniel Roth, 2020

13. The Third House Owner, installation multimédia de Chikako Watanabe, artiste japonaise vivant à Amsterdam, Exposition du 28 août au 24 septembre 2020
24 septembre 2020 : soirée de clôture : rencontre avec Chikako Watanabe, traduction Akitsu Orii puis performance musicale de Dan Roth et Charles Karsenty.
Dans le cadre de Manifesta-Les parallèles du Sud , la galerie Zemma a accueilli cette exposition qui a permis à l’artiste de présenter un épisode symbolique peu connu aujourd’hui des liens entre Amsterdam et Marseille. Par un langage iconographique et scénographique d’une grande unité esthétique, l’artiste a réalisé une forme d’archive ouverte sur le monde contemporain.
Une proposition de Huis Marseille Museum for Photography en collaboration avec la Galerie Zemma.
Partenaires : Mondriaan Fund et VideoArtlab Amsterdam.


© Aude Ragouilliaux, 2020

Pour télécharger le carton d'invitation : cliquer ici
Photos de l'exposition : cliquer ici
Avec le soutien de la région SUD 

12.  Tonalités/résonance - Explorer les qualités inhérentes à la couleur, exposition de Jocelyne Santos du 12 mars - 24 juin 2020
Pour télécharger le carton de l'exposition, cliquer ici
Photos de l'exposition : cliquer ici

Installation en hommage à Juan Miro, Jocelyne Santos, mars 2020
© Vincent Beaume, mai 2020

Infinir, une installation cinétique de la session II du projet En perspective et Contre les murs (peindre), une forme à l'étude, deux installations de Marc Ragouilliaux du 22 février au 7 mars 2020

11. 28 estampes des éditions Fanal et les artistes du mouvement construit. Exposition du 7 novembre 2019 au 31 janvier 2020
Avec l’aimable concours des éditions Fanal de Bâle (Suisse), la galerie Zemma a présenté les estampes de cette maison d'édition prestigieuse, réalisées avec les plus grands artistes du mouvement construit. Parmi ceux-ci, citons François Morellet, Vera Molnar, Aurélie Nemours, Gottfried Honegger, Julio Le Parc, Carlos Cruz-Diez, Pol Bury, Geneviève Claisse, et Marie-Thérèse Vacossin, fondatrice des Editions Fanal.
Une merveilleuse opportunité pour accéder, par des gravures et des sérigraphies remarquables, à des oeuvres d’artistes de renom.
Pour la dernière soirée de l’exposition,  la Galerie Zemma a invité Lucie Grugier à interpréer différentes pièces pour violoncelle du 17ème siècle à nos jours. Ce concert a été suivi par la projection de 11 vidéos sur les artistes du mouvement construit afin de mieux connaître leur personnalité créative au sein de mouvement,
Pour consulter « L’art construit, grammaire et caractères. », les 11 vidéos  projetées le 31 janvier 2020  cliquer ici
Photos de l'exposition : cliquer ici
Cliquer sur ce lien pour télécharger l'invitation au vernissage
Cliquer sur ce lien pour lire la présentation des éditions Fanal


© Lucien Mandalian, 2019

10. [En perspective II]. La nature du Monde. 100% recyclé, une exposition de Marc Ragouilliaux du 23 aout au 24 octobre 2019.
Une dizaine de contributions on été présentées au cours d'une soirée, le jeudi 24 octobre 2019.
Cliquer sur ce lien pour lire l'appel à contributions 
Penser mobiles. Proche du Vieux Port, la galerie Zemma forme un espace en retrait, au cœur de Marseille. Marc Ragouilliaux y présente deux installations principales à base de plaques d’aluminium recyclé,  l'une, un mobile monumental, l'autre une installation composée de plaques d'aluminium disposées de façon mobile ou fixe.
L’espace fini de l’Anthropocène. La « Nature » n’existerait plus, dépassée par l’expansion vertigineuse de l’abstraction de notre environnement. Un conflit aigu pour notre capacité raisonnable à l’ère de l’Anthropocène . Une proposition qui s’éclaire ici d’une maïeutique où la lumière n’est pas transcendance mais un Infinir, exprimé d’après Jean Cavaillès en une construction progressive continuée .


© Lucien Mandalian, 2019

Pour lire le communiqué de presse de l'exposition.
Pour lire le texte d'introduction à l'exposition présenté au vernissage du 22 aout 2019.

9. Quelques pièces en forme de suite / Několik figur formou své psoloupnosti, une exposition d’Iveta Duskova du 16 mai au 4 juillet 2019
Cette exposition a été associée au Parcours de l'art Contemporain 2019 organisé par l'association Marseille Expo.
Accéder à la matière, c’est accéder à son propre corps. Iveta Duskova semble traversée d’un art de l’écoute et de la transmission des énergies terrestres prisonnières, de cette gravité qui nous soude à cette matrice, la Nature, si fréquemment déniée dans notre quotidien, à la fois autonome et en nous-mêmes. « Entre le visible et l'invisible, j’invite le spectateur à une observation attentive de l'œuvre. Les pièces ne se révèlent pas d'emblée au regard ». Iveta Duskova

 
© Lucien Mandalian, 2019

8. En perspective, des mesures et des sens, par Claude Cieutat, photographe et Marc Ragouilliaux, plasticien, Exposition du 15 mars au 9 mai 2019
Dernière soirée de l’exposition, le 9 mai : Pascal Delalée, violoniste, a proposé une improvisation musicale à propos de « En perspective… ».


© Zadig Cieutat, 2019

Pour télécharger le carton d'invitation, cliquer ici et pour lire le texte de présentation de l'exposition, cliquer ici
Le point de fuite ouvre sur l’objet, le mur, la pièce, sur l’empirisme du présent et la circularité dans le lieu de la galerie.
Infinir…, le mouvement incessant de la puissante plasticité d’être vivant.


© Lucien Mandalian, 2019

7. Les temps d'OKUYAMA, par Kimihito OKUYAMA, exposition du 17 octobre 2018 au 17 janvier 2019
Cette exposition a reçu le label "Japonismes 2018"


© Lucien Mandalian, 2018
Pour consulter le texte de présentation de l'exposition : cliquer ici

6.  Lien de nature ; un étrange familier de Charlotte Dugauquier, plasticienne et Michel Loye, photographe, du 18 mai au 5 juillet 2018
Le 7 juin, la Galerie Zemma a dévoilé une œuvre sonore spécialement conçue pour cette exposition par Ritta Baddoura, poétesse et psychologue.
Pour consulter le texte de présentation de l'exposition : cliquer ici
Pour imprimer le carton d'invitation : cliquer ici

 

 
© Charlotte Dugauquier, 2018              © Michel Loye, 2018

5. La première boîte 1963-1968, une exposition photographique de Léon Claude Vénézia
sur une proposition de Vincent Beaume, du 16 mars au 3 mai 2018.
Pour télécharger le carton d'invitation, cliquer ici


© Aude Ragouilliaux, 2018

4. Stupéfaction - l'appréhension d'un lieu. Une installation - Encres et Rakus de Patrick de Wilde
Exposition présentée en lieux multiples du 20 octobre 2017 au 15 février 2018.


© Patrick de Wilde, 2017

3. La commande et le reste. Un photographe dans le milieu industriel, 
une œuvre photographique de Claude Cieutat. Exposition du 24 novembre 2016 au 9 février 2017
Le 9 février 2017, lors de la dernière soirée de l'exposition de Claude Cieutat, présentation d'un Objet social de transition réalisé à partir des contributions d'Alain, Agnès, Arlette, Claude, Dominique, Guy, Jacques, Jérôme, Louis, Patrick, Sophie ...
Le recueil des contributions est en vente au prix de 10 € sur demande par mail galeriezemma@gmail.com
 


                                                               
©  Aude Ragouilliaux, 2016                                                                                                                      

2. L' or en bleu, exposition de Marc Ragouilliaux, du 21 mai au 31 juillet 2016.
Les citations du jardin ont été mises en ligne le 21 juin 2016.


© Aude Ragouilliaux, 2016

1. Le Chemin, exposition photographique de Vincent Beaume, 5 décembre 2015 - 27 février 2016


    © Aude Ragouilliaux, 2015